Rayonner - Nouvelles

Quand les données pèsent lourd, il faut voir grand. Portrait de l’entreprise In a Blink

Portrait de In a Blink

Éric Garzon a toujours été un brin rebelle. C’était l’élève qui accumulait les bonnes notes, mais aussi les réprimandes. C’était l’employé un peu désillusionné qui aurait voulu plus de défis et espéré plus de fougue de la part de ses patrons. Mais ce cadre hiérarchique est désormais derrière lui, puisque depuis 2011, il se définit comme un consultant et entrepreneur à temps plein.

Plus récemment, il a fondé sa propre compagnie avec un associé, son ami Réal Barrière, un technologue et ingénieur-concepteur de carrière ayant travaillé pour des fournisseurs de technologies, mais aussi pour des opérateurs de transport. In a Blink a donc vu le jour en 2017, et en 2020, elle a récolté deux Prix Jalon de la mobilité, dans les catégories Ville et mobilité intelligentes et Entreprise en démarrage.

Des données clés à sauvegarder

C’est lors d’un voyage à Dubaï qu’Éric a été exposé pour la première fois à l’innovation qui propulserait éventuellement In a Blink. Ce système de transfert de données se base sur la technologie quantique pour permettre à un émetteur de transmettre toutes ses informations très rapidement à un récepteur. C’est exactement ce dont les autobus de villes ont besoin, a pensé Éric, qui a longtemps travaillé pour des manufacturiers d’équipements qui approvisionnent entre autres la STM.

Ce flash lui a été confirmé au fil d’histoires entendues chez des clients potentiels. En effet, les ordinateurs internes des autobus récoltent chaque jour une quantité effarante de données, qu’ils ne peuvent décharger que lorsqu’ils reviennent au garage. Ils utilisent alors le wifi, et dans les moments où plusieurs véhicules arrivent en même temps, la bande passante est parfois beaucoup trop sollicitée pour que les données soient toutes transférées rapidement. Souvent, le laps de temps où les autobus sont stationnés n’est pas assez long, et des informations importantes ne sont pas enregistrées. Parmi elles, beaucoup de fichiers de vidéosurveillance, qui sont les plus lourds.

« Un des éléments déclencheurs qui nous a donné la confirmation qu’on était sur une bonne piste est survenu durant une conférence à laquelle j’assistais en 2019, raconte Éric. Ça se passait à Columbus, en Ohio. Je discutais avec le responsable de l’entretien de tous les trains et métros de Los Angeles, et je trouvais qu’il avait la mine basse. Il m’a alors expliqué qu’il venait de vivre une semaine d’enfer suite à une affaire terrible dans son réseau. Il y avait eu deux meurtres à bord de deux de ses trains et avec le service de police de Los Angeles, la California Highway Patrol et le FBI sur le dos, il était incapable de fournir les enregistrements vidéo des incidents, car ils avaient été effacés accidentellement. Si seulement il y avait eu dans leurs véhicules une technologie permettant de décharger les vidéos de façon systématique, il n’aurait pas eu ce problème et des crimes auraient pu être résolus. »

 

De Dubaï à Québec

Équipés de la technologie In a Blink, les autobus se délestent de leurs données au fil de la journée plutôt que de les stocker à bord. À divers endroits sur sa route, le véhicule croise des points de jonction. L’émetteur qu’il transporte transfère alors les informations récoltées au sein de l’autobus à ces récepteurs dissimulés dans la ville. « Cette technologie optique est de 50 à 100 fois plus rapide que le wifi », nous assure Éric.

Aujourd’hui, la technologie qu’il a d’abord découverte à Dubaï est sur le point d’être intégrée aux autobus de la ville de Québec. « Le réseau de transport de la Capitale prend un virage technologique dans ses transports actuellement, et notre offre concorde exactement avec le genre d’innovation qu’ils recherchent », souligne l’entrepreneur.

Si tout se passe bien à Québec, on ne peut qu’espérer un déploiement éventuel à travers les dix sociétés de transport public de la province. Et comme ses rencontres le lui ont démontré, une expansion aux États-Unis serait totalement logique pour In a Blink. De quoi motiver Éric, enfin aux commandes d’un projet qui lui tient profondément à cœur. 

 

In A Blink fait partie des startups sélectionnées au sein de la « Vitrine synergique en mobilité durable ». Ce programme d’accompagnement personnalisé, développé par Jalon et soutenu par le MEI, a pour objectif de valoriser les startups en créant des conditions favorables de visibilité, de synergie et de croissance dans l’écosystème québécois de la mobilité durable. Dans ce cadre, Jalon soutient la notoriété et la promotion d’In A Blink. 

 

Équipe Jalon

Nouvelles // Événements